Xi’an

Le 13 Déc 2012, Chine

Xian02/12/12 – 06/12/12. Au réveil après 10h de train, la chaleur est suffocante, le corps raidi par une nuit difficile se réveille doucement. Il doit faire presque 30 degrés dans le compartiment alors que dehors il fait a peine 8. Le choc est brutal à la descente, cela dit c’est déjà mieux qu’a Pékin!  Nous voilà arrivés à Xi’an, petite bourgade de 7 millions d’habitants qui fut auparavant la capitale de la Chine. Le cœur de la cité est entouré d’une enceinte fortifiée de plus de 3000 ans.

Xi’an
Nous achetons un plan de la ville devant la gare. Nous tournons un bon moment dans le quartier mais impossible de trouver une seule des trois adresses des auberges sélectionnées la veille. On demande à 5, 6 personnes, au mieux ils ne savent pas, au pire on se prend un vent. Un plus débrouillard que les autres nous prend en charge : il traduit le nom en idéogrammes chinois, le montre à un policier (qui n’avait pas su la première fois avec le nom en lettres), échange quelques phrases avec lui, et nous conseille de prendre un taxi pour une vingtaine de yuans. Tout cela avec le sourire! 15min plus tard nous y sommes, comme prévu.

Ce matin le brouillard a disparu, on peut enfin apprécier la démesure de l’architecture chinoise (comme à Pékin d’ailleurs), la largeur des avenues (qu’on ne traverse que par un souterrain ou un pont), la hauteur des bâtiments…

 

Pont piéton au-dessus d'un carrefour

 

La rue des Musulmans à Xi’an, un incontournable.

Nous nous promenons dans le quartier musulman. La présence de la communauté musulmane de Xi’an remonte aux commerçants arabes ou persans venus par la Route de la Soie au Moyen-âge. Des vendeurs de fruits secs, de gâteaux, de brochettes, de galette de pain, de baraques à soupe, se juxtaposent à perte de vue. La convivialité du quartier tranche avec la grande avenue ultra-moderne qui lui fait face.

Montez le son! immersion sonore dans une gargote de la ville

 

Nous cédons facilement à la tentation de gouter aux mille saveurs proposées sur les étalages : gâteaux de riz, de patates douces, de pâte de haricots, brochettes de tofu, de seiches et tant d’autres non identifiées. Le quartier est très vivant avec du monde du matin au soir, on s’y sent à l’aise, car à part quelques regards appuyés, on se fond dans la masse rapidement. Lorsqu’on nous sollicite, c’est pour nous prendre en photos avec la mère du photographe!

 

 Temple Bouddhiste Qinglong, Havre de paix.

Après quelques km de marche, nous atteignons le temple Bouddhiste Qinglong, situé a l’extérieur de l’enceinte fortifiée de la ville. Havre de paix au milieu du brouhaha urbain.

 

Entrée du Temple Qinglong

 

Temple Qinglong a Xi'an

 

dsc01706

 

Un autre temple bouddhiste au nord ouest de la ville.

Temple bouddhiste de Guangren

 

Temple bouddhiste de Guangren

 

Offrandes sur un autel bouddhiste

 

Départ pour Chengdu, à 730km de Xi’an au Sud Est. Nous arrivons trente minutes avant le départ du train, un monde de fou. Ca pousse un peu des coudes et chacun rejoint son wagon, son compartiment, sa couchette.

Avant de monter dans le train pour Chengdu, faut faire la queue!

Le train démarre un peu en avance curieusement (13h16 au lieu de 13h20), arrivée prévue à 5h le lendemain. Comme la plupart des voyageurs, nous mangeons une soupe deshydratée apres avoir rajouté l’eau nécessaire disponible au niveau de robinets spécifiques dans les wagons.

Chacun s’occupe, certains mangent, dorment, discutent, regardent le paysage composé principalement d’immeubles en construction. Nos voisins de couchette tentent une discussion en chinois avec nous mais… c’est du chinois! On est surpris de voir à quel point les chinois persistent à nous parler en chinois même après plusieurs minutes d’incomprehension.