Allée des Baobabs – de Bekopaka à Tsaravahiny

Le 06 Juin 2018, Madagascar

Aujourd’hui retour vers Morondava, 8h de route. On prend notre p’ti dej une fois les tentes pliées, on achète une 15ene de moufgasy (beignets ronds de farine de riz et sucre) pour la route et on décolle. On reprend le bac en sens inverse et c’est parti pour les 4 h de route jusqu’à Belo-sur-Tsiribihina. On repasse par le resto Mad Zébu, cette fois on prendra un filet de tilapia avec purée de manioc et comme dessert, banane flambée ! Toujours aussi délicieux !

P6083073-min

 

13h-14h le 2eme bac qui mettra plus de temps car a contre courant et plus chargé. 2eme partie du trajet, 4h de route jusqu’à l’allée des baobabs. La piste est en bien meilleur état. Nous faisons un arrêt devant le baobab sacré. 600 ans auparavant un homme enterré dans un tombeau a cet endroit même où maintenant un baobab de 12 m de circonférence reçoit des offrandes des villageois. Sur le chemin plusieurs 4×4 nous dépassent.

Le soleil est en train de se coucher et c’est un peu la course avant qu’il ne fasse nuit. L’attrait touriste du coin est évidement le couché du soleil sur l’allée des baobabs, présent sur toutes les cartes postales de Madagascar. Pour Michel qui tient à sa voiture, pas question d’accélérer. On dépasse la bifurcation qui nous emmènera plus tard vers le centre de Tsaravahiny, et on continu vers l’allée que nous atteignons en 10-15 min. Déjà une petite dizaine de touristes présent sur place.

P6083080-min

 

P6083084-min

 

L’allée des baobabs est composée d’une quinzaine de baobab sur une centaine de mètre. Lorsque le soleil est sur le point de disparaître, teinté de rouge latérite le paysage et les couleurs deviennent singulièrement intéressante. Les baobabs deviennent des ombres chinoises accentuant leur forme si particulière, et le soleil se glisse entre ces ombres pour finalement disparaître. De nombreux enfants présent chaque soir je suppose pour quémander des bonbons, gâteaux, argent… Même si le lieu est assez touristique, l’arrêt en vaut le coup.

baobabs

 

Demain nous resterons quelques jours à l’éco-centre tsaravahiny