Katmandou et nouvel an népalais à Bhaktapur

Le 09 Juin 2013, Nepal

nouvel an népalaisNamasté!
Nous avons quitté l’Asie du Sud-Est pour rejoindre le Népal. Le changement est flagrant, à commencer par la température qui s’est rafraîchie puisque Katmandou est à 1350m d’altitude. L’ambiance n’est plus la même, on a déjà un avant gout de l’Inde, en plus paisible, idéal pour s’acclimater!

Avant la douane on se rend compte qu’on a laissé l’argent des visas dans les sacs à dos, or on ne les récupérera qu’après la douane. Pas de problème, ici c’est comme à la maison, on peut passer l’immigration sans visa et revenir ensuite régler les formalités.
A la sortie de l’aéroport nous rencontrons David et Lindan. Lindan est une française en visa Vacance-Travail en Australie et son copain David, australien, bientôt en visa Vacance-Travail en France. Ils passent quelques vacances au Népal. David qui est déjà venu ici, nous conseille un quartier calme à Katmandou. On partage donc un taxi pour rejoindre Paknajol, le quartier tranquille proche du quartier touristique de Thamel, beaucoup plus agité.

On trouvera une chambre à la Family Peace Guest House, pour 400 roupies (4 euros) et deux rats sous le lit. Nous trouvons sur la rue de paknajol, une petite gargote (Le sandesh lumbini tandoori daba) pas chère qui nous permettra de ne pas nous ruiner (entre 25 et 60 Rs – 0.20€ et 0.40€ – le repas) dans les restos touristiques de Thamel. Les plats sont simples et faits maison, l’ambiance familiale.

Katmandou

On passe 15 jours à Katmandou pour préparer le trek dans le Langtang, au nord à la frontière tibétaine, visiter la ville, quelques stupas, et aller à Bhaktapur, ville médiévale Neware (communauté de la vallée de Katmandou).
A Katmandou l’hindouisme est présent à chaque coin de rue : offrandes au pied des maisons, petits temples complètement intégrés à l’architecture de la ville, effigies des dieux dans chaque magasins et habitations… On peut voir les habitants faire leurs prières autour des temples, cette spiritualité présente au quotidien donne un peu de calme dans toute cette agitation.

Katmandou (820 000 hab.) c’est aussi de petites rues saturées par des voitures, motos, tuktuk, vélos, piétons qui se croisent dangereusement. Le klaxon est utilisé à outrance, pour tout et n’importe quoi, ça devient vite fatiguant. La pollution (air, eau, sol..) est également présente partout, de la rivière méconnaissable aux tas d’ordures sauvages dans les rues du centre ville, en passant par l’eau du robinet qui n’est pas potable. Malgré tout ça c’est une ville qui vaut le coût qu’on s’y attarde. Sortie de ce capharnaüm, on peut visiter de petits havres de paix comme le temple de Swayambhunath, le quartier de Durbar Square…

Le stupa de Bodnath (ou  Bouddhanath), à 20min du centre, est l’un des stupas les plus grands du monde. L’arrivée de nombreux réfugiés tibétains du Tibet à Bodnath (plus de 10 000 Tibétains ont rejoint cette région depuis la fuite du 14e Dalaï lama en 1959) a entraîné la construction d’une cinquantaine de gompas (monastères).

Le 13 février 2013, un Tibétain s’est immolé à l’intérieur de Bodnath. Selon le gouvernement tibétain en exil, il s’agit du 100 ième cas d’auto-immolation de moines tibétains depuis 2009 en réponse à la répression chinoise au Tibet.

Stupa de Boudhanath

Stupa de Boudhanath

Stupa de Swayambhunath

 

 

Nouvel an à Bhaktapur.

Le 13 et 14 avril 2013. A l’hôtel nous faisons la connaissance de Clelia et Jean Philippe, en voyage « d’affaire » à Katmandou, ils montent une boite de vente par internet d’artisanat népalais, vietnamien et cambodgien (aghi-pachi). On décide de les accompagner à Bhaktapur, à 1h en bus de Katmandou.

Une chose à ne pas louper à Bhaktapur, c’est son yaourt. Réputé dans tout le Népal pour son onctuosité, son gout inimitable, sa couche de crème sur le dessus…. il faut goûter !!

Ça tombe bien, nous découvrons arrivés sur place qu’il y a des festivités ce soir et demain, c’est le nouvel an népalais 2070 ! Donc déjà bonne année à tous ! ;)
Nous n’avions pas prévu de rester ici cette nuit mais, après avoir trouvé un lit simple pour deux, c’est chose faite ! Les rues sont déjà chargées par la foule. Dans toute la ville des habitants apportent des offrandes aux temples, du coup, beaucoup d’animaux sont sacrifiés, poules, chèvres…. Pendant ce temps des groupes de musique, chants, percussions, flûtes, arpentent les rues.

Un mât haut de 25 m est alors érigé à la force des bras

Le passage à la nouvelle année fait l’objet de célébrations (appelé Bisket Jatra ou Nayabarsa) particulièrement impressionnantes à Bhaktapur. Deux imposants chariots de bois sont utilisés pour les festivités. Dans le premier il y a les effigies des dieux Bhairav et Betal,  dans le deuxième, l’effigie d’Ajima. Une rivalité est alors engagée entre les deux équipes qui tirent le chariot dans deux directions opposées. Ensuite les chariots dévalent les rues au milieu de la foule jusqu’à la rivière. Un mât haut de 25 m est alors érigé à la force des bras et, le lendemain, la compétition recommence pour faire tomber ce mât et remonter les chariots. Pour la mise à terre du mât, des cordes sont tirées dans différentes directions, l’équipe gagnante est celle qui fait tomber le mât de son coté. Lorsque le mât est à terre, la nouvelle année débute. Si celui ci n’est pas érigé, cela est signe de mauvais présage pour le pays.



 


Les célébrations sont si impressionnantes que chaque année des gens y laissent leur vie écrasés par le chariot ou par le mât. La foule, surexcitée par l’événement, est constamment amassée autour du chariot qui dévale sans aucun contrôle les rues de la ville, ou lors de la montée et de la chute du mât. La pression est forte, le bon déroulement du rituel étant un bon présage pour l’année future. Nous sentons l’enjeu des festivités dans la foule présente sur la place principale. A chaque avancée du chariot ou montée du mât, la foule est littéralement en liesse, ce qui la nuit tombée, rend la situation un peu tendue (mouvement de foule, alcool…).

Nous n’avions plus de batterie dans l’appareil photo lors de la montée et chute du mât, donc pas de vidéo mais en voici trouvées sur youtube donnant un peu l’ambiance et l’ampleur de l’exploit.

 

 

 

 

 

dsc05636 nouvel_an_bisket_jatra_bhaktapur_nepal2 source : thetravelword.com
dsc05590 nouvel_an_bisket_jatra_bhaktapur_nepal3 source : http://www.thehimalayantimes.com

 

Mise à terre du mat. source : http://www.thehimalayantimes.com