De Soanierana Ivongo à Antananarivo

13 Mai 2018, Posté par Alice et Nico dans Madagascar

 

Lundi 18 Août, Après quelques jours de repos sur l’île, il faut penser au retour. Ça sera peut être la partie la plus difficile pour la mécanique car sur les 500km, il y aura 1300m de dénivelé positif, avec des virages de plus en plus nombreux, serrées et dangereux. Mais commençons par le retour sur terre ferme. Afin de ne pas renouveler l’expérience de la Rozina, je rentrerais avec la navette de Cap Ste Marie, beaucoup plus sûre, et en a peine une heure je rejoins le port de Soanierana Ivongo. Tout ça sans frayeur !

Madagascar carte

 

Objectif de la journée : Toamasina.
J’ai quelque difficulté à sortir de la ville, surtout pour trouver la bonne route puisqu’il n’y a aucun panneau. A ma gauche la mer, à droite la verdure, quelques petits slaloms pour éviter les trous,.. Je repasse le pont flottant qui est toujours là, j’atteins Toamasina en fin de journée. Je fais le plein. La nuit se refera chez la consul.

Km effectués: 150 km Arrivée dans : 358 km

 

Mardi 19 août, Cette journée sera éprouvante pour la moto puisque j’entame les 358 km vers les hautes terres.
Départ de Toamasina vers 8h. Je sors de la ville qui s’éveille peu à peu. Longue ligne droite et une centaine de kilomètres plus tard, j’arrive à Brickaville. Je décide de faire le plein, avant le début de « l’ascension » ! Je cherche une station essence mais… toutes les pompes sont désespérément vident ! Je continu a demander aux nombreux piétons dans la rue (c’est jour de marché aujourd’hui) on me conseil finalement d’aller voir un ‘vendeur d’essence’, à une centaine de mètres d’ici. Je m’y rend, demande à la personne qui se trouve devant et après lui avoir annoncé que je voulais faire le plein, il apporte un énorme baril rempli d’essence, y plonge une bouteille découpée et à l’aide d’un entonnoir rempli peu à peu mon réservoir. Je ne pourrais me fier qu’au vendeur sur le type d’essence (95, 98, diesel, eau!) puisque je ne lui ai rien spécifié. Je lui fais confiance, je n’ai pas le choix, je ne vais pas goûter!
Je paye évidement un peu plus cher le litre d’essence et je m’en vais en étant très attentif à d’éventuel ‘raté’ du moteur.

Et de deux

10, 20, 50km tout va bien, les virages se font de plus en plus serrées, et de belle montée donnent du mal aux camions qui peinent. Je recommence à nouveau a chasser de l’arrière… rebelote ! j’ai crevé. Je suis à 40km de Moramanga, il me reste une bombe anti-crevaison, ça devrait le faire. J’injecte la mousse dans la chambre à air, j’enfourche ma moto, fait quelques kilomètres pour à nouveau me retrouver avec le pneu à plat, la bombe n’a pas fonctionné. Le hasard fait que je m’arrête au niveau de la petite maison perchée sur la colline, là ou j’avais fait une pause à l’aller. L’homme qui m’avait salué à l’aller ressort de chez lui, et m’observe… surveillant attentivement son périmètre ou simplement curieux de ce qu’il arrive à un jeune vazaha.

crevaison_pneu_arriere

Mettons nous au travail, connaissant la méthode le démontage de la roue arrière, ça va un peu plus vite. Je sors mes outils, commence à sortir la chambre à air du pneu. Une mobylette passe devant moi, je reste concentré sur mon pneu. Je l’entends faire demi tour et vient en ma direction. Njaka Razafimahefa vient à ma rencontre et me demande gentiment si j’ai besoin d’aide. Content de ne pas être seul j’accepte et le remercie. Tout en changeant la chambre à air de mon pneu, on fait connaissance. Njaka propose des croisières sur le canal des pangalanes à Toamasina sur des bateaux de 15 places ou vedette Zodiac. Il me donne sa carte et prend un photo de moi par la même occasion.

 

petit atelier de réparation

 

Il m’explique aussi qu’il fait un voyage en 2 roues, de Mahajanga, il est passé à Antananarivo, et maintenant il va à Toamasina… et tout ça en mobylette. Je reste scotché. Je lui demande

« je vois que tu n’as pas de matériel, pas d’outils, pas de sac !… comment fais tu pour réparer une panne, ou si tu crèves ? »

« c’est vrai, j’ai juste un k-way… jusque là je n’ai rien eu, j’espère que ça va continuer ! » me répond t’il.

J’ai vraiment l’air d’un débutant assisté quand je vois Njaka voyager de cette façon… On a presque terminé de remettre la nouvelle chambre à air quand Njaka dérape avec son tournevis et vient l’abîmer… C’était ma dernière chambre air… Petit moment de solitude, je n’ai plus de bombe anti- crevaison et plus de chambre à air et pas de réseau pour le tél portable… je ne peux pas terminer mon voyage comme ça !!

« Ce n’est pas grave » me dit Njaka, « j’ai une technique, on va prendre un morceau d’une vieille chambre à air et je vais prendre de la sève d’arbre pour en faire une rustine » Il commence à chercher l’arbre en question… La sève d’arbre me rappelle que j’ai un vieux tube de colle au fond de mon sac à outils. Je lui propose d’esssayer avec ça, non pas que je doute de sa technique mais peut être que ça tiendra mieux ! On confectionne donc une petite rustine que l’on colle sur le trou made by Njaka. Il est désolé, mais ça ne fait rien, le fait qu’il se soit arrêté pour m’apporter son aide efface toute éventuel mécontentement ! La roue est posée, gonflée, ça a l’air de tenir.
Je lui souhaite bon voyage, de ne pas rencontrer de galère et surtout d’arriver à bon port ! (je prendrais par la suite des nouvelles par email, tout c’est bien passé pour lui.) Je repars lentement, tout en gardant une vitesse réduite pour ménager la rustine bricolée. Ça tient ! J’arrive à Moramanga. Je prend le premier garagiste au fond d’une cours, achète une nouvelle chambre au vendeur du coin, et la fais changer. Aussi rapide qu’efficace, je peux repartir l’esprit plus tranquille.

Jamais deux sans… trois!

Il est 14h, je pense arriver à Tana vers 16h, il reste à peine 120km. Le sourire sur mon visage sera de courte durée, 20km plus tard nouvelle crevaison. Ça me manquait! Je ne sais pas ce qu’elle a cette roue arrière mais c’est un acharnement!! Je garde mon calme. Je me gare tant bien que mal le long d’une longue ligne droite sans vraiment de bas coté… plutôt dangereux, mais je n’ai pas le choix. De toute façon il est 14h, et dans 3-4h le soleil va commencer à se coucher, je ne verrais rien et là ça va devenir galère. Je commence donc pour la 3ème fois la même manip.

Un monsieur vient vers moi. – « ha ! vous avez crevé ! » me dit il J’acquiesce d’un air dépité. On fait connaissance, j’apprend qu’il habite 200m plus haut, et qu’il travail pour la Jirama (EDF local) dont les locaux sont situés 200m en contre bas. Il compati et me demande si je suis intéressé par de la colle pour les rustines, que j’accepte volontiers ! La mienne commence sérieusement à être sèche et perdre de son efficacité. Après avoir enlevé la chambre à air, j’essaye de trouver le trou. L’homme me proposera gentiment d’aller dans le local de la Jirama, remplir un seau et pouvoir ainsi trouver plus facilement le trou. Ce que nous faisons. Le trou, dont je ne connais toujours pas la cause, n’était effectivement pas facile à trouver.

« Misaotra besaka ! » (merci beaucoup) lui dis-je. Il rigole, me souhaite un bon voyage et retourne à sa maison… Je fabrique ma petite rustine, remonte le pneu, et repars.
Faux départ la moto vibre, la roue n’est pas centrée. Un p’ti coup de clé de 12 et ça repart…
300m plus tard le moteur tourne dans le vide. J’espère surtout que le moteur ou les vitesses n’ont pas sauté. Un pneu, je peux réparer mais pas un moteur ! Bonne nouvelle, c’est juste la chaîne qui a sauté. Deux coups de clé et c’est repartie. Cette fois-ci je ne m’arrête plus !!

L’air se rafraîchi, il y a un nombre impressionnant de camion sur le bas coté, en panne. En général 3-4 personnes en dessous de la remorque ou de la cabine, une tache d’huile ou d’essence à coté, et plein d’outils. Chose étonnante, ils posent les triangles de signalisation avant et après le camion. La signalisation est bien respectée ! Même si des fois il manque 2 cotés au triangle ou même carrément remplacé par des branchages.
Les camions qui sont encore en piste et que je double sont de plus en plus poussif, et la route plus dangereuse. Lorsque je double péniblement un camion, et que les camions qui descendent (souvent à vide) roulent souvent très vite, il faut être super vigilant. Pour peu que la route soit encore mouillé d’une pluie récente.. et je joue au cascadeur.

Une petite dernière pour la route ?

Plus les kilomètres défilent, plus je rajoute des couches de vêtements. Je commence à reconnaître des villages proche de Tana, il doit rester une 40eme de kilomètre quand quelques secondes après avoir doublé un taxi brousse, en sortie de virage mon pneu se dégonfle d’un coup, plus aucun contrôle de l’arrière, m’obligeant à faire un arrêt d’urgence tant bien que mal sur le bas coté, les deux pieds glissant par terre pour stabiliser la moto. C’était moins une !! Énervé et fatigué, j’hésite à démonter pour la 4eme fois cette roue…
Il y a toujours des solutions à Madagascar, un camion DHL passe à mon niveau à ce moment là et s’arrête. Son camion est vide, parfait pour embarquer la moto. Je rentrerais tranquillement avec ce monsieur et son employé, transporteur de riz pour l’armée.

Bilan : 1016km parcourus 24h sur la route (répartis sur 3 jours à l’aller et 2 pour le retour), 30 litres d’essence consommés, 4 crevaisons (dont 3 en moins de 100km….) et 100% de plaisir d’arpenter ces paysages et de faire ces rencontres!

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.